La science de l’Ennéagramme : la loi de 7 (2ème partie)

LA LOI DE SEPT OU LOI D’OCTAVE

Suite de l’article : « La science de l’Ennéagramme : le Cercle et la loi de 3 »

Une autre manière d’appréhender la place de l’homme dans l’Univers est ce qu’on appelle « le rayon de création ». Pour appréhender le rayon de création, il faut se reporter à la « loi d’octave » ou « loi de 7 ».

La loi de 3 nous l’avons vu réglemente la création de tout phénomène. La deuxième loi cosmique représentée sur l’ennéagramme est la loi de 7.

La figure interne qui représente loi de 7 concerne le mouvement, l’évolution ou l’involution d’un phénomène.

Pour comprendre la loi de 7, il faut savoir que selon Gurdjieff, dans l’univers, tout est « matériel », mais surtout tout est vibration.

Rien n’est figé, tout est en perpétuel mouvement. Les vibrations peuvent être ascendantes ou descendantes. On rejoint l’impermanence chère à Bouddha.

Swami Prajanpad, le maître d’Arnaud desjardins, avait établit qu’il existait deux lois dans la nature :

la loi du changement, et

la loi de la différence,

La loi du changement implique que « la seule chose qui est fixe, c’est le changement », la seule chose qui ne change pas, c’est que tout change tout le temps. (voir l’oeuvre de Daniel Roumanoff: “Swami Prajnanpad, un maître contemporain” tome 1 à 3, éditions Albin Michel ou La table ronde)

Tout phénomène créé (en application de la loi de 3) doit irrémédiablement suivre la loi de 7 ou d’ « octave » : il involue ou évolue de manière cyclique, en suivant 7 étapes, 7 moments clés dans le développement de la vibration.

Ces vibrations selon Gurdjieff ne sont pas linéaires ou continues, elles sont discontinues et connaissent des moments de ralentissements appelés intervalles.

On retrouve exactement cette loi de 7 en application dans la gamme pythagoricienne : 7 notes de l’octave, ascendante ou descendante, avant de passer au DO de l’octave suivante.

Sur un piano les deux ralentissements apparaissent visuellement puisqu’il manque deux touches noires a l’endroit de ces « intervalles ».

D’ailleurs nous avons vu l’exemple très simple de la création d’un enfant pour illustrer la loi de 3.

On dit bien schématiquement que l’humain grandit par phases ou cycles de 7 ans. Avec des « intervalles », des « ralentissements » que l’on peut imaginer être le passage la petite enfance à l’enfance, et le passage de l’enfance à l’âge adulte : l’adolescence. Le premier passage est souvent appelé la « petite adolescence » par les psychologues.

Concentrons-nous sur la figure interne de la loi de 7, et suivons son mouvement :

On constate qu’il y a un « flux intérieur », un « flux interne » qui suit la séquence: 1-4-2-8-5-7-1-4-2-8-5-7-1 etc à l’infini.

Or, si on divise tout chiffre divise par 7 (sauf ses multiples), cela donne exactement la même séquence, dans le même ordre, en commençant par l’un ou l’autre des ces chiffres, à l’infini.

   1/7    0,142857142857…
   2/7    0,285714285714…
   3/7    0,428571428571…
   4/7    0,571428571428…
   5/7    0,714285714285…
   6/7    0,857142857142…
   7/7    1 ou 0,999999… (un débat mathématique complexe mais qui a bien sa place ici)

On voit bien que dans cette séquence, on retrouve tous les chiffres de 1 à 9, SAUF les multiples de 3.

Il n’y a aucun des multiples de 3 (3, 6, 9) ce qui montre bien, arithmétiquement, la correlation et l’interdédépendance de la loi de 3 (création) et la loi de 7 (évolution/involution).

L’Ennéagramme est le fruit de la synthèse et de la mise en relation de ces 2 lois.

Cette suite séquencée et infinie, est ce qu’on appelle le perpetum mobile, le « mouvement perpétuel » des grecs anciens.

Cette figure est l’illustration arithmétique et géométrique de ce « mouvement perpétuel », et il est lié à la loi de 7 : les chiffres sont fixes, mais changent constamment de place dans un ordre séquentiel et régulier.

CONSEQUENCE DE L’INTERACTION DE LA LOI DE 3 ET DE LA LOI DE 7

Si on laisse de côté le flux interne, et qu’on se concentre sur le déroulement de l’octave, on obtient :

On remarque alors que les deux intervalles sont bien matérialisés, entre mi et fa et entre sol et la.

Sur la gamme musicale pythagoricienne, entre mi et fa et entre si et do, le demi-ton manque.

Rappelons-nous du clavier:

Citons Ouspensky :

« De cette manière, la structure de la gamme musicale donne un schéma de la loi cosmique des intervalles ou des demi-tons manquants.
Cette loi explique pourquoi il n’y a pas de lignes droites dans la nature, et aussi pourquoi nous ne pouvons ni penser ni faire, pourquoi tout en nous se pense, pourquoi tout en nous arrive, et arrive en général d’une manière contraire à celle que nous désirons ou attendons. Tout cela est manifestement l’effet immédiat des intervalles ou du ralentissement dans le développement des vibrations.
« Qu’arrive-t-il précisément lors du ralentissement des vibrations ? Une déviation a lieu, la direction originelle n’est plus suivie ».1

C’est ce qui explique par exemple qu’un message d’amour comme celui de Jésus ait donné une religion divisée et meurtrière, et que tous les enseignements de Libération dévient inévitablement lorsqu’ils se « structurent ». Tout ce qui est créé est amené à dévier, à moins de connaître la loi d’octave et d’apporter dans les intervalles ce qu’on appelle un « choc additionnel ».

On peut dire qu’une « organisation » devient une entité à part entière, un être en quelque sorte, et comme tout être, elle lutte pour sa propre survie, et l’organisation et son maintien prend le pas sur l’enseignement. Il perd toute souplesse, toute adaptabilité, et la source vive quitte la structure, il ne reste qu’une coquille vide de toute substance.

Donc ces intervalles, pour éviter la déviation, ont besoin d’un « choc » appliqué volontairement. Ces chocs sont prévus par la nature pour ce qui concerne notre subsistance, comme cet Ennéagramme que nous détaillerons dans un autre article : l’Ennéagramme des 3 « nourritures êtriques ».

Les 3 nourritures sont interconnectées, et l’une sert de choc à l’autre, jusqu’à un certain point seulement !

Prenons pour exemple une octave descendante donnée par Gurdjieff. Elle nous permet de prendre conscience de notre rôle et de notre place dans l’Univers.

Il s’agit de ce qu’il appelle le « rayon de Création ». C’est une octave à un niveau macrocosmique. Elle explique le processus de Création du monde qui est le notre, de notre point de vue, à partir de l’Absolu. Il s’agit d’un processus d’involution, de descente dans la amtière. Donc une octave « descendante » DO-SI-LA-SOL-FA-MI-RE-DO

Dans une octave descendante, le premier choc est comblé par l’énergie de la note DO.

Notons au passage qu’on retrouve dans le langage (latin) des racines qui, de manière surprenante, collent exactement à ce schéma. D’autant plus surprenant que traditionnellement, Do n’existait pas, mais la note s’appelait Ut.

DO: ABSOLU ou TOUT (do: initiales du latin dominus: le Seigneur*)

  • Intervalle : volonté de l’absolu

SI: TOUS LES MONDES (si: initiales du latin siderea: les cieux*)

LA: VOIE LACTÉE Notre galaxie (la initiale du latin lactea via: la voie lactée*)

SOL: LE SOLEIL (sol en latin: le soleil*)

FA: LES PLANÈTES (fa: initiales du latin familia planétarium: les planètes*)

  • Intervalle : Choc: vie organique sur la terre

MI: TERRE (mi: initiale du latin mira: merveille ou mirage*)

RÉ: LUNE (ré: initiales du latin rérum: les choses*)

DO: ABSOLU ou RIEN

D’où la création du monde en 7 jours dans la Bible. 7 étapes.

On retrouve cette loi dans les 7 jours de la semaine, le chiffre magique des contes de fées (7 nains, botte des 7 lieues, 7 chevreaux etc.), les 7 sacrements, 7 pêchés capitaux, 7 vertus cardinales, les 7 planètes traditionnelles, etc.

Certains gnostiques trouvent d’autres corrélations tout aussi valables pour ces notes de musique:

https://www.christelle-firework.com/le-rayon-de-la-creation-ou-les-notes-de-musique/

QUEL CHOC POUR LE RAYON DE CREATION ?

Le choc dans cette octave macrocosmique, c’est nous : toute la vie organique de la terre : homme, animal, végétal.

Selon Gurdjieff, nous servons à recevoir les énergies cosmiques et les transformer en énergies plus fines pour que la terre et les notes inférieures (lune) puissent exister et poursuivre leur évolution.

Nous sommes en quelque sorte une usine de fabrication d’énergies pour l’ordre cosmique. Et nous nous situons loin, très loin de l’Absolu et des mondes supérieurs.

D’où la vision de l’homme comme un médiateur entre le Ciel et la Terre dans nombres de Traditions. Ce n’est pas seulement symbolique, c’est énergétique.

Dans la création, tout mange et est mangé sur le plan matériel, c’est également vrai sur le plan énergétique.

(« Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est en bas est comme ce qui est en haut »)

Mais les différentes Initiations nous disent que l’homme peut utiliser cet état de fait (cette capacité de capter et transformer l’énergie) pour s’échapper de sa condition (ce qu’on appelle « Libération » ; on ne parle pas de « Libération » à quelqu’un qui n’est pas prisonnier) et ainsi remonter le rayon de création.

« Mira » a donné « mirage » ; c’est la maya au sein de laquelle nous vivons. Et ce « mirage », ce « rêve » provient essentiellement de notre propre conscience, plus précisément de notre « état de conscience ». C’est parce que l’homme vit sa vie entière dans un état de « sommeil », dans un état hypnotique, qu’il peut être en proie au « mirage ».

Notre planète, Mi, c’est aussi “mixtus orbitus”, le “lieu ou se mêlent…” le bien et le mal, mais aussi le spirituel et le matériel, l’esprit et le corps: de cette friction entre corps “-” et esprit “+” résulte l”âme “∞”.

Notre “âme” est donc prisonnière d’une prison, d’un mirage qui nous hypnotise.

S’en libérer, c’est justement tout le propos de l’Ennéagramme qui nous en montre le chemin, bien plus que se coller des étiquettes pour savoir quel type nous sommes, quels types sont les autres, et comment se débrouiller avec ça.

L’Ennégramme est une clé, peut-être la clé la plus opérative, pour prendre conscience de notre état et pour s’en libérer.

1« Fragments d’un enseignement inconnu » P.D. Ouspensky

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *