PREAMBULE: Avertissement “éthique”

Avant d’entreprendre une description des types, des sous-types, des ailes, etc. ; bref, de tout ce qui peut nous aider à cheminer dans la connaissance de nous-mêmes, il me paraît impératif d’insister sur un avertissement crucial, qui se décline en deux points :

1) L’enneagramme est un outil de connaissance de soi,

2) L’enneagramme est un outil de connaissance de soi et donc pas des autres.

1) L’Ennéagramme est un outil de connaissance de soi

L’Ennéagramme est donc un OUTIL ;

Comme tout outil, il doit etre utilisé pour porter ses fruits, ce n’est pas une caractérologie, c’est un outil complexe, une « cartographie de l’ame humaine ».

Et c’est un outil de CONNAISSANCE DE SOI !

Le travail est un travail de fond au quotidien pour découvrir reellement son type. Et pour que cela permette une réelle transformation et non un nouveau « savoir » sur nous-même ou sur les autres et le monde.

La découverte du type ne peut se faire de facon intellectuelle, mais il faut l’éprouver.

La découverte du type n’est pas une fin en soi, ce n’est pas un objectif, c’est un moyen de cheminer, de trouver son propre chemin vers « qui nous sommes ».

2) L’Ennéagramme est un outil de connaissance de soi, pas des autres

Surtout, utiliser l’Enneagramme pour « typer » les autres et les mettre dans des cases est une très mauvaise utilisation de cet outil.

Ce n’est pas la finalité de l’Enneagramme qui est la connaissance de soi.

Mais surtout cela peut gener, blesser, heurter même des personnes qui ne souhaitent pas être inscrites dans des cases alors qu’elles n’ont rien demandé et qu’elles ne voient pas de quoi il s’agit ;

pire ca pourrait amener a leur conscience des choses qu’elles ne veulent pas voir du tout, pour lesquelles elles ne sont ni prêtes, ni préparées.

Au contraire tous nos mécanismes de défense sont la pour nous empêcher de voir affleurer à la conscience ces problematiques.

Et voir ces mécanismes de défense ne peut-être qu’une démarche personnelle, par soi-même et pour soi-même !

On peut, en soi-même et pour soi-même, se demander de quel type est une personne, mais pas pour lui exprimer notre opinion, car personne ne peut déterminer avec exactitude l’ennéatype d’une autre personne :

En effet, l’Ennéagramme expose, non pas des comportements, ou des caractères, mais les motivations profondes qui sous-tendent nos actions et nos comportements. Et elles sont souvent semi-conscientes, voire inconscientes.

Chaque personne est la seule qualifiée pour découvrir son type et connaître ces motivations profondes qui nous poussent à agir. Personne d’autre que moi ne peut connaître mes motivations profondes.

En revanche si je le fais :

– pour mieux comprendre le fonctionnement de l’Ennéagramme, pour développer ma comprehension de cet outil pour mieux l’utiliser pour moi-même, sans livrer mes conclusions ou projections sur les personnes concernées, pourquoi pas ;

– également pour mieux comprendre les autres personnes dans leurs différences, leurs problématiques, et éprouver de la compassion, ou au moins de la compréhension, à la place du jugement.

Ce sont de bonnes utilisations.

Personnellement il est évident que j’essaie toujours de comprendre le type des personnes que je connais, que je rencontre, afin de parfaire ma maîtrise de l’Ennéagramme et mieux accompagner les personnes que je suis. Cela m’offre une diversité de manifestations de chaque type et c’est nécessaire car l’Ennéagramme est dynamique, les types ne sont pas figés et si on reste dans son type à vie, le degré de « fixation », ou en terme de Quatrième Voie d’« identification » peut varier, et les types ont des ailes, des sous-types, des mécanismes de défense qui varient même s’ils s’expliquent toujours en fonction de leur type.

Toutefois, la meilleure utilisation reste de l’utiliser pour s’observer au quotidien, se dé-couvrir, et finalement se connaître soi-même, au plan psychologique mais aussi au plan métaphysique si telle est notre aspiration, car l’Enneagramme est un outil qui travaille sur les deux plans, le psychologique et le spirituel.

Donc mon devoir est de poser le cadre de l’utilisation de l’Ennéagramme des 9 types :

→ Cet outil est un outil de développement personnel ou Essentiel (voir la différence dans l’article :

« Le point fondamental : la distinction Essence / personnalité (Partie 1) »

« Le point fondamental : la distinction Essence / personnalité (Partie 2) » )

Il DOIT être utilisé pour nous-mêmes, et surtout pas pour juger les autres, encore moins pour leur apposer un « type » ou une « personnalité ».

→ Cette démarche consiste en un Travail long et laborieux d’introspection, d’observation au quotidien et non une déduction et une analyse intellectuelle. Et c’est le propos de la formation-initiation que je mettrai en ligne à moyen terme.

Ceci étant rappelé, et je l’espère accepté, vous pouvez parcourir librement ce blog et découvrir ou approfondir votre vision de l’Ennéagramme.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *