La fixation dans un type : Comment ? Pourquoi ? (Partie 5 : « Les 9 Idées Sacrées »)

9) AMOUR SACRE

8) VERITE SACREE

7) PLAN SACRE / TRAVAIL SACRE / SAGESSE SACREE

6) FORCE SACREE / FOI SACREE

5) OMNISCIENCE SACREE / TRANSPARENCE SACREE

4) ORIGINE SACREE

3) LOI SACREE / ESPERANCE SACREE / HARMONIE SACREE

2) VOLONTE SACREE / LIBERTE SACREE /

1) PERFECTION SACREE

SUITE DE L’ARTICLE: “La fixation dans un type : Comment ? Pourquoi ? (Partie 4 : « Les 9 types de fixation »)”

III) L’origine innée de la fixation

Après avoir exposé la thèse des origines « acquises » de la fixation dans un type particulier, je vais aborder ici la thèse que je défends : on se fixe dans un type particulier parce que nous sommes prédisposés à le faire.

Hormis la vérification que l’on peut en faire par son propre cheminement intérieur, qui est le meilleur des maîtres, la source en français la plus intéressante et édifiante (dans le sens originel du mot : « qui participe à l’édification ») est le livre de Sandra Maitri : « Les 9 visages de l’âme »

Déjà, Gurdjieff nous parlait de « type d’Essence ». Notre Essence arriverait déjà avec sa « signature ». Il ne s’agit pas de l’« hérédité », ou pas seulement, parce que cette « hérédité » appartient à ce corps, à cette personnalité qui m’agite, au « moi », mais pas à ce qui est en deçà, ou au-delà, de tout ça.

L’approche diamant nous apprend que notre Essence arrive avec une « signature » individuelle, une sensibilité particulière qui la rend perméable à l’une des « 9 Idées Sacrées ». Entendons-le dans un sens qui ressemble aux « idées platoniciennes ».1

Ces Idées Sacrées ne sont pas des expériences, des croyances, ou des émotions. Elles sont des Réalités Vivantes, qui existent à un autre niveau de Conscience. Pour nous, elles sont des angles de perception de la réalité de l’Être, des perceptions du monde sous 9 angles différents lorsqu’on le contemple à partir de l’Essence.

Voir la définition de l’Essence ICI.

Chacun de nous, s’il expérimente la Création à partir de son Essence (et non de sa personnalité), pourra vivre, percevoir ces diverses Idées Sacrées. Mais chacun de nous est plus sensible à l’une ou l’autre de ces idées sacrées.

Comme j’y suis plus sensible, je suis donc plus perméable aux conséquences de la perte de cette Idée Sacrée.

Je m’explique : nous avons vu que l’origine de la fixation dans la personnalité, au sens large, provient de la rupture du contact, rupture brutale, avec l’Essence.

Mais cette coupure est génératrice d’une immense souffrance ; cette souffrance est insupportable pour la conscience. Pour l’anesthésier, notre conscience s’endort et se projette dans le rêve de la personnalité. Elle ne peut endormir un aspect de l’Être seulement, alors c’est la totalité qui s’endort.

Toujours le mythe de « la belle au bois dormant ».

Cette blessure originelle ne va pas être vécue de la même manière par toutes les personnes. Et c’est là que notre type d’Essence entre en jeu : si je suis extrêmement sensible à quelque chose, je risque d’en souffrir d’autant plus.

Prenons l’exemple d’une personne qui souffre d’hyperacousie : elle entend des sons que d’autres n’entendent pas, j’ai pu le vérifier chez un ORL. Mais l’autre côté de la médaille, c’est qu’elle ne va pas supporter le bruit : le bruit fort la fait intensément souffrir.

Il en va de même sur le plan des Idées Sacrées : si je suis particulièrement sensible à une Idée Sacrée, sa privation, son absence, va me faire cruellement souffrir.

La perte de contact avec l « Âme » est déjà une souffrance aiguë pour nous. Mais la sensibilité extrême à une Idée Sacrée va exacerber cette douleur au point de la rendre totalement insupportable ; je suis obliger de l’endormir. De m’endormir…

Mais dans le même temps, mon âme, privée de cette partie de son être, va aspirer continuellement à me le faire retrouver. Étant donné que je suis fixé dans la personnalité, dans le « moi », dans le monde, à l’extérieur, je vais donc rechercher ce contact à l’extérieur de moi. Je vais tenter de retrouver ce goût à l’extérieur, à un endroit où je ne pourrai jamais le trouver. Et c’est cela qui va structurer ma personnalité et m’amener à me fixer dans l’un des 9 types : celui qui est une tentative grossière d’imitation de l’Idée Sacrée pour laquelle j’avais une sensibilité profonde et avec laquelle j’ai perdu un lien puissant.

Les Idées Sacrées sont donc au nombre de 9, et il y aura alors 9 types d’Essence. Certaines Idées Sacrées sont doubles, voire triples : il s’agit de déclinaison de la même Idée fondamentale.

Elles sont groupées autour de L’Ennéagramme d’une manière effective : par « nature »

les Idées Sacrées 8, 9 et 1 concernent la compréhension de la réalité d’un point de vue général, global ;

les Idées Sacrées 2, 3 et 4 nous montrent le fonctionnement de la réalité vu depuis cette réalité ;

et les Idées Sacrées 5, 6 et 7 nous montrent le fonctionnement de la réalité depuis notre point de vue.

Depuis l’Essence, le monde est vu ainsi :

1) Perfection sacrée : la Réalité est perçue comme possédant une justesse intrinsèque fondamentale. Tout est juste et a sa juste place. Tout ce qui se manifeste, nous compris, est vu comme parfait, c’est à dire avec une qualité de complétude, de plénitude et de totalité, du simple fait qu’il EST, et non en fonction d’une perfection duelle et donc d’une comparaison.

Les 1 ont perdu le contact avec l’Essence et l’ont ressenti comme perte de contact avec la perfection sacrée.

Le « 1 » ne se sent comme pas assez bon, imparfait. C’est pourquoi il va tenter de retrouver cette perfection mais sur un plan extérieur, par rapport aux attentes intériorisées.

2) Volonté sacrée : voir la « Loi Sacrée » (3) qui est la perception d’un flux permanent qui sous-tend l’Univers. Ici il s’agit de la perception d’une intelligence, une force présente derrière ces mouvement incessants : tout ce qui arrive est une expression de cette Volonté. En terme religieux, c’est «la « Volonté de Dieu ».

Pour un 2, perdre contact avec l’Être signifie perdre conscience de faire partie du flux incessant de l’Univers entier : il se sent périphérique et sans importance. Il cherche alors la flatterie. Il imite la Volonté Divine par sa volonté. Ne se sentant plus soutenu par cette intelligence à l’œuvre, il a besoin des autres auxquels il s’efforce de plaire : il en devient dépendant

3) Loi sacrée : L’Univers est perçu en tant que Tout et qu’entité unifiée, et il est vu en perpétuel changement

Harmonie sacrée : Perception du jeu harmonieux de toutes ces manifestations.

Espérance sacrée : effet des deux premières sur l’âme : plus nous avançons vers nos profondeurs,

plus nous nous sentons en accord avec l’univers et y fonctionnons harmonieusement.

Le 3, en perdant contact avec cette Idée Sacrée, a le sentiment d’être isolé et d’agir de façon autonome, et d’oublier les conséquences sur les autres : il doit absolument agir pour maintenir son monde, à l’instar de Dieu qu’il imite dans cette tentative de « soutenir le monde ».

4 Origine sacrée : Perception que tout provient d’une source unique et obéit a des lois naturelles communes. Chaque âme est une partie de l’Esprit. A un niveau plus profond on se perçoit non comme issu de l’Être mais comme l’Être lui-même.

Le 4 perd le contact avec la Source, il en est coupe : perd la perception de lui-même comme issu de l’Être et comme partie inséparable de l’Être. Il en résulte un profond sentiment intérieur de déconnexion avec le divin et donc profonde tristesse.

Il alors besoin d’imiter la Source et Ses Qualités : authenticité, originalité, spontanéité, profondeur.

5) Transparence Sacrée : Sentiment, sensation d’être une part individuelle de la totalité de la réalité ; comme une cellule du corps, reliée et non séparée. Et au-delà, l’âme individuelle est une expression et une manifestation de l’Être.

Omniscience sacrée: Se connaître pleinement soi-même en tant que partie du Tout implique de connaître pleinement les autres parties du Tout, et connaître pleinement le Tout.

Pour un 5, perdre ce contact entraîne la perte du sentiment de connexion avec les autres, il développe la conviction d’être séparé de tout et de tout le monde. Il va alors se retrancher dans son monde intérieur, et souvent extérieur. Il cherche un « refuge ».

6) Force sacrée :Perception que la nature de notre âme est l’Essence ; On reconnaît que la personne que nous sommes n’est pas notre corps, nos émotions ou pensées, mais une « Présence ».

Foi sacrée : c’est le sentiment d’être soutenu par ce fondement, par l’Essence, car nous avons expérimente cette identité totale avec l’Essence, par contact direct.

Les 6 perçoivent le monde comme dépourvu d’Essence, de fondement, donc agissant par instinct et comme des animaux. Le monde est dangereux, il est perçu comme une jungle, ou les faibles meurent et les forts survivent.

Ne se sentant pas armé mais faible, il va chercher la sécurité chez un leader, une croyance, une religion.

7) Travail Sacré : l’Idée Sacrée du point 7 se centre sur la nature du dynamisme de la Réalité (points 2 et 3), et sur le sens du temps a son égard : c’est la perception que toute manifestation est l’œuvre de l’Être, le Travail Sacre de Dieu par un surgissement constant, et avec un début et une fin.

Plan Sacré : Perception que ce déploiement de la réalité n’est ni arbitraire, ni chaotique, mais suit une sorte de plan cosmique, s’adapte constamment aux circonstances changeantes.

Sagesse Sacrée : La compréhension des 2 premières amène la compréhension de notre but et de son cheminement.

La perte du Travail sacre, de la connaissance que la réalité se déploie de façon a soutenir notre présence et notre développement, amène le 7 à se sentir à l’écart ce déploiement, et il a de moins en moins confiance dans la capacité de son âme a s’épanouir naturellement : prend les choses en main, d’où la planification.

Cela génère chez lui une sensation de perte du paradis et de dessèchement intérieur : tout tend vers l’évitement de cette douleur ; il s’efforce d’avoir l’air d’aller bien en tout, toujours optimiste

8) Vérité Sacrée: « l’Unité »:

Le « 5 » voit le « Tout » depuis l’intérieur, axé sur les interconnexions, le 8 voit l’« Unité » : la totalité de la réalité, comme un Tout.

La Vérité Sacrée désigne directement l’existence de l’Être et sa co-emergence avec toute la réalité. C’est la perception de la réalité dans toute sa pluridimensionnalité ; la réalité est expérimenter comme une chose unique, corps et esprit sont une seule chose. C’est la NON DUALITÉ.

Perte de contact avec l’Être et surtout avec la Vérité Sacrée amène un 8 à se sentir coupé et séparé de L’Être. C’est le type ou la dualité est la plus forte. Son ego se cristallise autour de cette sensation de « perte » de quelque chose de profond en lui. Il pense que quelqu’un est responsable et cela va générer un besoin de vengeance.

Il s’en veut pour cette faiblesse alors il ne supporte pas la faiblesse chez lui ou chez les autres. Il se blâme mais détourne vers les autres ce blâme. Il va alors développer une force, rigide, dure, statique.

9) L’Amour sacré : la réalité est intrinsèquement aimante et digne d’amour. L’Être est source d’amour ET amour lui-même. Tout ce qui arrive ne sera pas forcément avantageux, mais TOUT est sous-tendu par cet amour, baigne dans cette énergie d’amour. Il n’y a pas de polarité.

La perte de « Amour Sacré » génère chez les 9 la sensation profonde de ne pas être aimables, de ne même pas être dignes d’amour ou d’intérêt. Les autres semblent aimables, mais pas nous (c’est commun a tous les types mais excessivement poussé chez les 9).

Le 9 est celui qui s’anesthésie, anesthésie ses profondeurs, ses sensations. C’est la « mère de tous les types », aussi cet endormissement, cet engourdissement, est le point commun de tous les ennéatypes, mais il est plus fort chez les 9.

Le 9 va chercher à imiter cet Amour Sacré en se rendant aimable, en prenant soin de autres, en recherchant le confort pour lui et pour les autres. Il est bienveillant par nature, mais pour cela il refuse de s’affirmer : il endort ses propres perceptions.

On note au passage que les 3 idées centrales du triangle sont en lien avec les vertus théologales du christianisme: Amour, Foi, Espérance.

Donc la fixation dans un type précis va pour moi dépendre de la sensibilité particulière de notre âme à une Idée sacrée ou à une autre. L’éducation va alors jouer un rôle très important: d’une éducation plus ou moins harmonieuse et juste va dépendre un degré plus ou moins grand de fixation, d’identification. Mais elle ne joue pas sur la nature du type.

1https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_Formes

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *