Le type 1 : Description Générale

Je rappelle qu’« une description générale du type est forcément biaisée, chaque 1 est différent, et certaines généralités vont lui correspondre, tandis que dans d’autres, il ne se reconnaîtra pas. Les ailes rentrent en ligne de compte, le sous-type, mais aussi l’éducation reçue, les évènements de l’histoire, les mécanismes d’adaptation mis en place. Sans compter le niveau d’évolution au sein d’un type »

Tout cela colore l’expérience du 1 en question, et va le rendre très différent d’un autre 1. Mais ce qui reste fixe et ne bouge pas tout au long de la vie, c’est la motivation profonde, la compulsion de base qui va tout faire pour nous protéger de la rencontre avec notre blessure originelle. Quels que soient les ailes, les sous-types, les mécanismes d’adaptation acquis ultérieurement, ils tournent tous autour de cette fixation de base, cette compulsion primaire, et tous les 1 auront la même compulsion en commun. Tous les 8, aussi différents soient-ils, auront une même compulsion en commun, etc. »

Donc se focaliser sur les comportements extérieurs du 1 est une impasse, car ils ne sont que des nuances d’expression d’un mécanismes profond, et c’est sur ce mécanisme profond qu’il faudra s’attarder.

Je répète  également que : « ceci étant précisé voici le portrait-type du 1 qu’il faudra nuancer pour chaque personne ».

Néanmoins, une description générale est nécessaire et va donner une idée du fonctionnement de ce type.

Les types « instinctifs », dont le 1 fait partie, ont une tendance générale à avoir un physique « endomorphe », plutôt gras et charnu, mais cette règle connaît beaucoup trop d’exceptions pour s’y attarder.

Le 1 est consciencieux, responsable. Digne de confiance, il est plutôt sérieux, rigoureux, droit et intègre.

C’est « l’enfant sage », le « bon garçon » de l’Ennéagramme. C’est aussi un « je-sais-tout ».

k

Il est à l’affût de la moindre imperfection, surtout dans les domaines qui lui tiennent à cœur.

Par exemple, on trouve beaucoup de grammairiens dans ce type, qui ne manqueront pas de vous reprendre à chaque faute de syntaxe, de grammaire, d’orthographe, ou de conjugaison.

Il évite avant toute chose la « défaillance ». Pour cela, il cherche à être « parfait ». Il se doit d’être irréprochable.

Il est le champion de la minutie : il va passer plusieurs fois la serpillière, il va être un comptable pointilleux, etc…

L’« étiquette » est très importante pour un 1, une sorte de « code de bonne conduite », car il y a des choses qui se font, et des choses qui ne se font pas.

La notion de « bien » et de « mal » est très prégnante et imprègne ses comportements.

Il a un sens inné de ce qui est « juste », et de comment les choses doivent être, et il est souvent en croisade pour que les autres s’y conforment.

Il est alors très exigeant avec son entourage, mais encore plus avec lui-même.

La colère étant une imperfection, il fait tout pour l’éviter : il va la réprimer ; mais son attitude très exigeante et toujours insatisfaite va générer beaucoup de frustrations qu’il va devoir extérioriser :

– cela sera visible dans son comportement général : attitudes raides, coincées, tonalité de la voix qui laisse transparaître une irritation, des comportements inflexibles, etc.

– cela va s’extérioriser dans des domaines où il se sent à l’aise ou dans son droit; soit dans son intimité, dans environnement familial, avec ses proches, où il pourra avoir des explosions de colère, soit dans des domaines qui lui paraissent être des luttes justes, pour un bien supérieur, où il donnera libre cours à sa colère ; par exemple s’il est syndicaliste et considère qu’il est de son devoir moral de défendre les droits des salariés face à un patronat injuste, il pourra exprimer sa colère.

Il est à la merci d’un sur-moi puissant qui le juge et le critique constamment et le compare au modèle de perfection qu’il a intériorisé. Il ne s’en rend pas toujours compte car il pense que tout le monde est comme ça.

On dit que les 1 sont « raides » et « coincés », mais si un 1 a intériorisé que la norme à laquelle il doit s’adapter et d’être « souple », il aura l’air plus décontracté, plus flexible, mais il jugera avec un œil dur ceux qui ne se montrent pas souples et décontractés. C’est là le véritable point commun des 1 :; le juge sévère, envers ceux qui ne collent pas à son modèle, et encore plus sévère envers eux-mêmes.

Il peut se montrer ferme dans ses positions pour ce qui est important pour lui, voire obstiné et têtu ! Les règles, une fois fixées, ne doivent pas être changées.

Le 1 accepte de prendre des loisirs, mais il faut que ce soit instructif : visiter des musées, des monuments, visionner des documentaires, lire des livres pour apprendre des évènements historiques, des découvertes scientifiques, acquérir une culture générale etc.

Il a souvent des tensions corporelles, reflet de la tension intérieur sous les injonctions et les critiques acerbes de son surmoi. Parce que pour ce surmoi, il n’est « jamais assez bien ».

Voir la suite: “Le type 1: Relations et Activités”

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *