Le type 2: Description Générale

Je rappelle qu’« une description générale du type est forcément biaisée, chaque 2 est différent, et certaines généralités vont lui correspondre, tandis que dans d’autres, il ne se reconnaîtra pas. Les ailes rentrent en ligne de compte, le sous-type, mais aussi l’éducation reçue, les évènements de l’histoire, les mécanismes d’adaptation mis en place. Sans compter le niveau d’évolution au sein d’un type »

Tout cela colore l’expérience du 2 en question, et va le rendre très différent d’un autre 2. Mais ce qui reste fixe et ne bouge pas tout au long de la vie, c’est la motivation profonde, la compulsion de base qui va tout faire pour nous protéger de la rencontre avec notre blessure originelle. Quels que soient les ailes, les sous-types, les mécanismes d’adaptation acquis ultérieurement, ils tournent tous autour de cette fixation de base, cette compulsion primaire, et tous les 2 auront la même compulsion en commun.»

Donc se focaliser sur les comportements extérieurs du 2 est une impasse, car ils ne sont que des nuances d’expression d’un mécanismes profond, et c’est sur ce mécanisme profond qu’il faudra s’attarder.

Je répète  également que : « ceci étant précisé voici le portrait-type du 2 qu’il faudra nuancer pour chaque personne ».

Néanmoins, une description générale est nécessaire et va donner une idée du fonctionnement de ce type.

Le type 2 est l’altruiste de l’Ennéagramme. Il est celui qui va toujours être disponible pour l’autre, jusqu’à sacrifier ses propres besoins.

On trouve presque exclusivement des femmes dans ce type. Même si on trouve des hommes 2, nous utiliserons ici le féminin, plus “adapté”.

Elle est chaleureuse, dévouée, accueillante, toujours prête à rendre service ou à donner ses conseils (parfois trop). Elle se montre bienveillante, serviable, sensible aux autres.

Elle a beaucoup de mal à dire « non » ! Car elle veut se rendre indispensable.

Elle est entièrement tournée vers ce qu’elle pense être les « vraies valeurs » : famille, amitié, amour, générosité, solidarité, etc…

Elle sont souvent séductrice cherchant à plaire, par sa tenue vestimentaire, son maquillage ou son attitude, elle est « sexy ». Mais certaines 2 sont plus « sobres », c’est la « bonne mère », elles revêtent une figure plus maternante.

Quoi qu’il en soit elles cherchent toujours, plus qu’à plaire ou séduire, à attirer l’attention, à recevoir de l’affection et des marques de reconnaissance en échange de leur sacrifice.

Cela n’est pas du tout visible mais ça le devient si on s’abstient de ces remerciements et marquent de reconnaissance. Surtout si on s’abstient de marques d’affection.

La femme de type 2 a des antennes pour capter et ressentir les besoins des autres. Elle peut être intrusive et aller au-devant de besoins non formulés, afin de les satisfaire sans que la personne ne l’ai demandé, voire sans qu’elle n’en éprouve le besoin.

La 2 aime rendre service.

Mais elle fuit constamment ses besoins, elle fuit également out ce qui peut ressembler à de l’égoïsme, car il est très important pour une 2 de se montrer altruiste, tournée vers les autres.

En fait, son besoin principal est de satisfaire les besoins des autres : elle en devient finalement dépendante. Elle a développé pour cela une grande intuition pour ressentir et reconnaître les sentiments des autres. Mais surtout pas les siens.

Elle a tendance à avoir de faibles pulsions sexuelles, voire des blocages de l’énergie sexuelle et de la sexualité : sa sexualité a souvent pour but de vérifier si la personne visée est attirée par elle, c’est un outil de séduction, un moyen de vérifier qu’elle est aimée, ou désirée.

Et surtout les faveurs sexuelles qu’elle octroie, parfois à contre-cœur, sont un moyen de recevoir de l’affection. Elle peut concéder un rapport sexuel dont elle n’ont pas envie pour recevoir de l’« amour » et des marques de tendresse. Et pour éviter que son partenaire ne les rejette, ne les boude.

Elle peut avoir peur de sa pulsion sexuelle, car elle l’obligerait à se dévoiler, à montrer ce qu’elle est vraiment, hors elle ne le sait pas, derrière tous les masques de gentillesse, de bienveillance, de prévenance, elle ne sait pas vraiment « qui elle est ». Elle ne sait pas ce qu’elle pourrait montrer. C’est la même chose sur le plan de ses relations amicales.

Elle fuit également ses propres besoins : elle les évite constamment. Elle est inconsciemment convaincue qu’elle ne peut pas y subvenir et qu’elle a besoin des autres pour cela. Elle se rend donc indispensable pour s’assurer qu’on prenne en compte ses besoins et qu’on y subvienne. Mais la réalité ne va pas dans ce sens.

Elle cherche ainsi la sécurité chez les autres, notamment dans leur regard, et leurs égards à son encontre.

Elle est angoissée à l’idée de regarder à l’intérieur, de s’accorder elle-même son attention, alors elle la dirige entièrement vers l’extérieur : vers les besoins des autres.

Elle est à l’affût des besoins des autres, et lorsqu’elle rencontre une nouvelle personne, elle peut éprouver un malaise jusqu’à ce qu’elle ait pu ouvrir la discussion et connaître les centres d’intérêt, et donc les besoins, de la personne. Elle se sent alors rassurée, en terrain connu.

Voir la suite: “Le type 2: Relations et Activités”

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *