Le type 3: Description générale

Je rappelle qu’« une description générale du type est forcément biaisée, chaque 3 est différent, et certaines généralités vont lui correspondre, tandis que dans d’autres, il ne se reconnaîtra pas. Les ailes rentrent en ligne de compte, le sous-type, mais aussi l’éducation reçue, les évènements de l’histoire, les mécanismes d’adaptation mis en place. Sans compter le niveau d’évolution au sein d’un type »

Tout cela colore l’expérience du 3 en question, et va le rendre très différent d’un autre 3. Mais ce qui reste fixe et ne bouge pas tout au long de la vie, c’est la motivation profonde, la compulsion de base qui va tout faire pour nous protéger de la rencontre avec notre blessure originelle. Quels que soient les ailes, les sous-types, les mécanismes d’adaptation acquis ultérieurement, ils tournent tous autour de cette fixation de base, cette compulsion primaire, et tous les 3 auront la même compulsion en commun.»

Donc se focaliser sur les comportements extérieurs du 3 est une impasse, car ils ne sont que des nuances d’expression d’un mécanismes profond, et c’est sur ce mécanisme profond qu’il faudra s’attarder.

Je répète  également que : « ceci étant précisé voici le portrait-type du 3 qu’il faudra nuancer pour chaque personne ».

Néanmoins, une description générale est nécessaire et va donner une idée du fonctionnement de ce type.

Le type 3 est en quelque sorte le « frimeur » de l’Ennéagramme. C’est un « battant » qui cherche la victoire à tout prix. Son domaine de prédilection va dépendre de son soustype, et sa recherche de la réussite se dirigera sur un domaine ou un autre selon qu’il est plutôt un sous-type « conservation », social ou « syntonie ».

Cela est d’ailleurs valable pour les autres types qui vont se singulariser:

  • en premier lieu en fonction de leur soustype, qui va colorer le domaine dans lequel ils vont manifester leur compulsion,
  • puis en fonction de leurs ailes, qui vont teinter les modalités de leur comportement et de leur action.

Le type 3 aime séduire et entretenir son image. Il aime être remarqué pour ses réalisations ; Plus que réussir, il aime être vu en situation de réussite et vit alors très mal les échecs.

Véritable caméléon, il sait s’adapter en fonction des circonstances et donner une image de lui qui corresponde aux attendus du groupe dans lequel il se trouve, tels qu’il se les représente.

C’est le « self-made-man » à l’américaine, celui qui s’est « fait tout seul » à force de travail et d’abnégation.

Il est travailleur, fonceur, en quête de succès et d’accroissement et d’élévation.

Souvent hyperactif, il ne sait pas s’arrêter et se reposer, il a l’impression que le monde s’arrêterait s’il prenait du repos. Que ses projets seraient stoppés et qu’il courrait à l’échec.

Ainsi, il n’écoute pas les signaux de fatigue, ou de maladie qui pourraient l’alerter, jusqu’à l’épuisement total qui le forcera à aller vers le 9, son type de stress : l’inertie totale et l’inaction, ici forcée.

Cela parce qu’il évite à tout prix l’échec. Tous ses efforts démesurés pour réussir ont pour but d’éviter d’échouer. Il espère ainsi obtenir amour et attention grâce à ses réussites.

Il se mesure lui-même à l’aune de ses succès. C’est pour cette raison qu’il est complètement identifié à son travail, à sa profession, à son statut social, à son revenu, ou à son physique, son style vestimentaire etc. Il cherche, dans ces domaines, selon son inclination, la performance et l’efficacité.

Il ne se lance alors jamais dans une entreprise qui risquerait d’aboutir à un échec : il ne se lance que dans celles où il est sûr d’avoir un succès.

Comme Florent Manadou qui affirme avoir choisi une discipline, la natation, parce qu’il voulait y réussir et être le premier, et non parce qu’il aimait nager. Et qui aurait pu choisir une toute autre discipline et y exceller.

Le 3 aime d’ailleurs beaucoup la compétition, en général, car il est stimulé par cette comparaison.

Il fait preuve d’une très grande énergie, et d’une grande force. Les 3 sont souvent beaux physiquement, parfaitement dans les canons de la beauté du moment, surtout s’ils misent sur la réussite « physique ».

Il peut manipuler les autres pour donner l’image de la réussite, pour paraître selon des standards conformes à ceux qu’il souhaite adopter. « Paraître » prévaut sur « être ». Il aime séduire en se mettant en valeur par des histoires, en faisant rire, en épatant la galerie, etc.

Le 3 est l’ennéatype qui est le plus « collé » à son masque. Il a totalement oublié qui il est vraiment à force de modeler son image aux attentes qu’il a perçues de son entourage et du monde auquel il appartient. Il ne sait plus « qui il est vraiment », ni « ce qu’il veut vraiment ».

Le domaine dans lequel il va chercher ce « succès », ou plutôt la performance, va dépendre de plusieurs facteurs :

– le sous-type : un 3 « sexuel » ou « syntonie » va chercher à briller surtout physiquement : il va être « beau », en conformité avec les standards et canons du moment. Dans nos sociétés occidentales, il ou elle ressemblera à un mannequin, sera plutôt mince, voire très mince, ou musclé(e), bronzé(e), habillé à la dernière mode, etc.

Il peut miser sur les performances sportives, et s’investir à fond dans un sport, même s’il le fait en loisir.

Un 3 « social » va chercher essentiellement la promotion et un statut social élevé, un poste de dirigeant, la célébrité, etc. Il va tenter de se hisser en haut de la hiérarchie selon l’endroit où il met sa valeur personnelle.

Un 3 « conservation » va plutôt tenter d’accumuler de la richesse. Il va prétendre « mettre sa famille à l’abri », mais il ne fera que chercher à prouver sa valeur en accumulant encore plus de richesses matérielles : argent, maisons, placements etc.

– son milieu : le 3 étant un « caméléon », il va se fondre dans son milieu et en adopter les codes, et il va focaliser sa réussite dans les domaines valorisés par ce milieu : dans un milieu religieux il pourra devenir prêtre, voire évêque ; dans un milieu artistique, il va chercher à devenir une « star », dans un milieu intellectuel, à recevoir des prix, dans une famille d’hommes d’affaires, à briller en affaires etc.

On pourrait résumer, hâtivement, que le 3 est en quelque sorte un « cliché », une caricature des standards de la culture dans laquelle il baigne.

Il va souvent négliger sa famille, ses amis, ses besoins, même physiques pour réussir. Pour la performance et le travail. Même s’il prétend agir pour le bien de sa famille, qui n’est en général pas dupe.

Cette quête effrénée du succès tient en réalité à sa peur profonde de ne pas avoir de valeur en lui-même, par lui-même. Il est alors entièrement tendu vers la performance pour prouver sa valeur. Ce faisant, il se coupe de plus en plus de lui-même pour se perdre dans l’image de battent qu’il a créé de toutes pièces.

C’est pourquoi il est le type le plus identifié à son image. Et c’est pourquoi il lui sera très difficile de se tourner vers lui-même tant il s’est éloigné de sa véritable nature.

Voir la suite: “Le type 3: Relations et activités”

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *