Le type 9: Relations et activités

Cet article est la suite de l’article: “Le type 9: description générale”.

Nous allons approfondir son mode de relation et ses préférences sur le plan des activités et du choix de métier.

Il recherche la sérénité. Il ne sait pas vraiment ce qu’il désire vraiment, ce qu’il veut, et dans ses relations, il peut avoir tendance à se fondre dans les désirs de l’autre.

« Qu’est-ce que tu veux ?

– je ne sais pas et toi ? Répond le 9

– je veux aller au cinéma.

– « moi aussi »

Dans une réunion, le 9 va éviter de parler, et s’il le doit, il parlera en dernier et donnera son « point de vue » très consensuel, en faisant la synthèse des opinions des autres, sans heurter personne, convaincu que s’il exprime une opinion contraire, les gens seront fâchés contre lui.

Si on lui demande de donner son point de vue en premier sur une situation, surtout si elle est possiblement conflictuelle, il sera vraiment très embêté. Il donnera souvent un point de vue très neutre, très englobant, dans lequel tout le monde pourra se retrouver.

Il peut parfois s’engager pour ne pas heurter, si on lui demande un service par exemple. Mais le jour approchant il aura de moins en moins envie et va chercher à se dérober. Il peut être amené à trouver des excuses (« je suis malade, je ne peux pas venir t’aider aux travaux comme prévu ! ».

Il préfère mentir que de prendre le risque de froisser la personne impliquée, et ne pas nuire à l’harmonie de la relation. Son agressivité se manifeste de manière passive : une résistance passive.

Mais le résultat est contre-productif, prendre de court une personne qui comptait sur nous, surtout si ça se reproduit et quel la personne n’est pas dupe, nuira bien plus à la relation.

Mais le 9 niera les problèmes, et les conséquences de ses manquements, fera tout pour penser à autre chose. Mais cela finit toujours par le rattraper et ses pensées tourneront en boucle autour de cette situation, imaginant le pire, et générant beaucoup d’anxiété, comme au point 6 dans lequel il se dirige en situation de stress, pour évacuer ce qui a été contenu par le déni.

La problématique de l’axe 8,9,1, les types « instinctifs », est la colère. C’est très visible chez le 8, très perceptible chez le 1, qui peut aussi exploser dans certaines situations ; mais c’est moins évident chez le 9.

Il a bien une problématique liée à la colère, mais comme il évite les conflits, il se met rarement en colère. Toutefois, ses colères peuvent être violentes. Souvent on ressent plutôt une certaine irritation moins perceptible, plus engourdie mais latente. Et il peut parler de manière agressive tout au long de la journée, à son conjoint par exemple, sans même s’en rendre compte, et il le niera si on le lui fait remarquer. Or ce conjoint sentira bien une pointe d’agressivité qui colore l’intonation de la voix du 9.

« C’est parce que je suis fatigué », répondra le 9 en dernier recours.

Le 9 néglige son opinion et il suite celle des autres. Finalement il ne sait même pas quelle est son opinion véritable, ou son sentiment sur une question, un besoin, car s’il regarde en lui pour le savoir, il ressent plutôt une atmosphère brumeuse, un brouillard indistinct dans lequel il a du mal à voir clairement.

Ce qui rend ses prises de décisions très difficiles, y compris quand il doit choisir un menu au restaurant.

Il paraît compatissant, à l’écoute des autres, mais c’est surtout pour ne pas contrarier autrui, pour ne pas briser l’harmonie : il n’est pas réellement à l’écoute de l’autre. Il va plutôt écouter distraitement, en rêvassant, ou emporté par ses associations d’idées issues d’une phrase émise par la personne qu’il écoute.

Il évite de faire des vagues, il arrondit les angles, il du mal à dire « non ».

Comme il est casanier, il fait peu de nouvelles rencontres, et donc se fait peu de nouveaux amis. Il entretient souvent des amitiés anciennes, même si elles se délitent avec le temps.

Il a besoin des autres comme moteur, pour se motiver, pour se mettre à œuvrer à une tâche, et il peut travailler dur pour l’autre ou pour le groupe.

Il est doté grande intuition de l’état intérieur des autres, ainsi que d’une acuité de compréhension des points de vue des autres: il a des « antennes » qui captent l’atmosphère et les besoins et attentes des autres. Et il s’y adapte.

Il tend à nier les conflits, les difficultés, à les éviter.

Ces 2 points font de lui un excellent médiateur. En effet, refusant les conflits il préfère arbitrer, et pouvant de mettre à la place des autres, ressentant ce qu’ils ressentent et comprenant leurs points de vue qu’il prend en lui et concilie, il fait un très bon conciliateur.

Comme dans cette histoire de sagesse qui parle sûrement d’un 9 :

« Un vieil homme assiste à un conflit entre deux personnes à propos d’un bateau qui leur appartiendrait. Il ne veut pas s’en mêler mais il a bien compris les points de vue de chacun et saurait comment le résoudre. L’un des hommes finit par le prendre à témoin et lui explique son point de vue qui justifie que c’est bien son bateau.

– « Vous avez tout à fait raison », lui dit-le vieil homme. Le gars est ravi.

– »Comment ça il a parfaitement raison, lui dit le second !? Et moi voilà ce que j’en pense ! » Et il lui explique pourquoi le bateau est à lui.

– « Vous avez tout à fait raison », lui répond notre homme.

Un 4ème homme qui assistait à la scène, le regarde et lui dit :

– « Mon bon Monsieur, ils ont deux points de vue totalement contradictoires, ils ne peuvent pas avoir raison tous les deux ! »

– « Vous avez tout à fait raison »…

Un travail sans trop de conflits, sans trop de pression, avec une certaine routine, peut être prisé par le 9.

Mais il peut déployer beaucoup d’énergie dans son travail, en fonction notamment de son sous-type et du contexte dans lequel il oeuvre. Il s’épanouit dans une ambiance positive et mettre beaucoup d’énergie à créer cette ambiance positive, au détriment d’une saine affirmation de lui-même parfois. Une équipe trop conflictuelle est plutôt toxique pour un 9.

Ses qualités d’écoute, de médiation, de réconfort, sont prisées par ses collègues et supérieurs.

En position hiérarchique, il a beaucoup de difficultés à poser un cadre et frustrer ses collaborateurs.

On peut le trouver dans des métiers de médiation, car sa faculté de comprendre les points de vue de tous en fait un très bon médiateur. dans l’éducation ou l’enseignement.

Trouver sa place dans le monde, surtout professionnellement, est une épreuve pour un 9, profondément convaincu qu’il n’y a pas sa place et ne peut pas y apporter grand-chose. il va se laisser aller à des métiers facilement accessibles souvent, et se laisser porter par le courant.

En évolution, il va manifester les qualités élevées du 3, et va pouvoir agir dans le monde, prendre sa place et apporter sa pierre à l’édifice. (Voir la suite: “Le type 9 et la spiritualité”)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *