Le type 8: Description Générale

Je rappelle qu’« une description générale du type est forcément biaisée, chaque 8 est différent, et certaines généralités vont lui correspondre, tandis que dans d’autres, il ne se reconnaîtra pas. Les ailes rentrent en ligne de compte, le sous-type, mais aussi l’éducation reçue, les évènements de l’histoire, les mécanismes d’adaptation mis en place. Sans compter le niveau d’évolution au sein d’un type »

Tout cela colore l’expérience du 8 en question, et va le rendre très différent d’un autre 8. Mais ce qui reste fixe et ne bouge pas tout au long de la vie, c’est la motivation profonde, la compulsion de base qui va tout faire pour nous protéger de la rencontre avec notre blessure originelle. Quels que soient les ailes, les sous-types, les mécanismes d’adaptation acquis ultérieurement, ils tournent tous autour de cette fixation de base, cette compulsion primaire, et tous les 8 auront la même compulsion en commun.»

Donc se focaliser sur les comportements extérieurs du 8 est une impasse, car ils ne sont que des nuances d’expression d’un mécanisme profond, et c’est sur ce mécanisme profond qu’il faudra s’attarder.

Néanmoins, une description générale est nécessaire et va donner une idée du fonctionnement de ce type.

Je répète également que : « ceci étant précisé voici le portrait-type du 8 qu’il faudra nuancer pour chaque personne ».

Le type 8 est le « bad boy » de l’Ennéagramme, le « mauvais garçon ». Leader dans l’âme, il a tendance à vouloir être le chef de son environnement, selon l’expression anglaise, le « lord » de son château.

Sa capacité à être un chef, et un bon ou mauvais chef, va dépendre de son niveau d’évolution au sein de son type. Nous verrons dans une série d’articles ultérieurs qu’il existe 3 niveaux de développement, d’évolution au sein de notre type, que l’on peut même subdiviser en 3 sous-niveaux, ce qui nous donne 9 niveaux, du plus dégradé au plus évolué.

Un 8 dans les niveaux dégradés ou moyens n’est pas forcément un bon leader, c’est plutôt ce que l’on appelle un « petit chef ».

Le 8 confère la personnalité la plus yang de l’Ennéagramme, la plus tranchée. Surtout si il a une aile en 7, autre type yang.

Il est très pragmatique, très concret. Il est entier ! Souvent matérialiste, il ne croit que ce qu’il voit, les « bondieuseries » sont des attrape-nigaud et des moyens de contrôler les faibles. Pas lui !

Bien que certains 8 ont une aspiration d’un autre ordre, plus spirituelle, ils seront alors dans une quête intense d’absolu.

Son regard est franc et direct, il s’impose, il impose et il en impose. Même lorsqu’il ne parle pas, sa présence physique, souvent imposante, se fait sentir.

C’est un instinctif (comme le 9 et le 1), mais d’une manière yang, extériorisée, donc il se met très souvent en colère, et une colère impressionnante.

C’est un combattant dans l’âme et il n’est pas rare qu’il soit attiré par des sports de combat.

Il cherche par dessus-tout à éviter d’être faible et de se faire abuser par les autres.

Pour le 8, comme pour le 6, le monde est une jungle où les forts mangent les faibles. Contrairement au 6, il se range parmi les forts.

Il se montre fort, irascible, tonitruant. Parfois dominateur, voire castrateur selon le niveau d’évolution.

Il est exigeant, impatient, impulsif, doté d’un fort charisme. Il est très persuasif et dispose d’une grande capacité physique, d’une grande endurance, d’une grande vitalité et d’une grande volonté, ce qui l’amène à déployer beaucoup, beaucoup de force pour atteindre ses objectifs parfois colossaux. D’autant plus qu’il n’écoute pas ses signaux de fatigue ou de douleur, ce qui serait vu comme une faiblesse.

Il fait preuve d’une détermination de fer.

Il modifie ainsi son environnement de manière marquante, afin de laisser une empreinte de son passage mais aussi d’offrir une protection à son clan.

Il est impressionnant et peut se montrer intimidant. Il a tendance à prendre trop d’espace. Il est plutôt du genre « tout ou rien ».

les femmes de ce type sont en général moins tranchées : le contexte socio-culturel les oblige à tempérer cette agressivité, elles sont alors moins marquées que les hommes.

Il aime les défis à relever, il est toujours prêt à s’engager pour une cause ou un projet. Il dispose d’une immense énergie pour cela.

Il s’ennuie sans ces défis et challenges, et il risque alors de dévier cette énergie colossale sur des détails et de devenir irritable et pointilleux à l’extrême ! Il va vérifier qui range mal ses chaussures dans le placard, qui a garé la voiture à une autre place, qui a laissé l’ordinateur en veille etc. ce qui peut amener une confusion avec le type 1.

Il est à la recherche de la force et de la justice. Voire la domination, pour imposer la justice. Sa justice. Il aime prendre des responsabilités, contrôler la situation, notamment pour imposer la justice au groupe en question.

Cela peut conduire à des dérives car sa justice est parfois ambiguë, comme ce 8 que je connais qui, à chaque fois qu’une bêtise était faite par ses enfants, les punissait tous par souci de justice et d’équité. La punition étant souvent excessive, à l’image du 8. Là encore, tout dépend du niveau d’évolution, on ne peut généraliser.

Il dit clairement ce qu’il a a dire sans ambages, même si ça ne plaît pas et quelles qu’en soient les conséquences.

Il peut détecter la faiblesse de son interlocuteur assez rapidement, son « cors au pied le plus sensible ». Et appuyer dessus, car il n’aime pas la faiblesse. Il n’aime pas les faibles ou les « mous ».

Il est irrité par les jérémiades et les plaintes, la faiblesse des autres, car il se sent manipulé : il voit cela comme une tentative de victimisation de la personne qui cherche à l’amadouer alors qu’il attend une explication claire et franche.

Pour cela il voit d’un très mauvais œil tout ce qui n’est pas « franc du collier », comme la diplomatie et les compromis : il préfère la clarté et la franchise. Il n’aime pas les « sciences molles », comme les sciences humaines : psychologie, pédagogie etc.

Un 8 dans mes connaissances, dont la fille s’intéressait à la psychologie et la pédagogie, l’appelait « psycho-pédago de mes deux ». Et il se vantait d’avoir fait pleurer une thérapeute qu’il a rencontré lors d’un dîner.

En revanche, s’il exècre les faibles, il respecte les forts, ceux qui lui tiennent tête. Parfois lorsqu’il va trop loin et que la personne devient très agressive à son encontre, il s’apaise et semble satisfait, arborant parfois un petit sourire de contentement. Comme si c’était ça qu’il attendait.

Il peut être très dur avec ses enfants, qu’il contrôle avec poigne et parfois cruauté, et il dira que c’est pour les rendre « forts ».

Beaucoup de 8 ont un mode de pensée que l’on pourrait résumer ainsi : « Tous des cons. Sauf moi ».

Il dispose aussi d’un radar pour détecter l’injustice de ses pairs, et encore plus de ceux qui exercent un pouvoir, notamment hiérarchique, sur lui, car il ne supporte pas d’être commandé, dirigé.

Il refuse que quelqu’un ait un « pouvoir » sur lui. Il sera toujours, si possible, « en charge de », et pas « à charge de ». Il veut absolument être indépendant, auto-suffisant et ne rien devoir à personne. Le 8 recherche souvent, avec acharnement, l’autonomie.

S’il est soumis à une autorité hiérarchique, il sera loyal si ce dernier se montre juste et impartial, digne de ce pouvoir ? Mais il détectera les moindres manquements et injustices, les abus de ce dernier, et ne manquera pas d’entrer en conflit avec lui !

Finalement, il délaisse les relations de collaboration horizontale, pour se concentrer sur les relations verticales, hiérarchiques : soit il veut être le chef, contrôler, soit il contrôlera les moindres faits et gestes de son supérieur. Il peut alors rejoindre un syndicat par exemple, ce qui en fait un syndicaliste très combatif et sans compromis.

Il a également une intuition rare pour détecter la vérité d’une situation, et il ne se laissera pas influencer par les autres.

Il a tendance à être facilement déçu par les autres et à ne pas pardonner leur manquement et leur faiblesse. Et à considérer les autres comme des « cons ».

Il a horreur qu’on abuse de lui et ne supporte pas qu’on vienne l’embêter. Il le dit lui-même, en des termes bien plus vulgaires en général !

C’est aussi un protecteur : protecteur des autres et surtout de son clan. Famille, collègues, bande d’amis, selon son sous-type notamment. Il peut être abusif avec les membres de son clan mais il refusera qu’on leur fasse du mal ou qu’on abuse d’eux, et il les défendra sans compromis.

Par exemple, un cas vécu, si un de ses enfants se trouve victime d’une injustice commise par un enseignant, il se rend illico presto à l’établissement et va dire « ses quatre vérités » à l’enseignant, et peut même aller jusqu’à l’intimider. En général cela fonctionne et ce dernier ne s’y risque plus.

C’est un instinctif, extériorisé, ce qui fait de lui un gourmand. Il aime les plaisirs de la chair, surtout s’il a une aile en 7. Sa passion est la luxure, au sens d’excès en toutes choses. Il décharge son trop plein d’énergie dans ses excès.

Il veut profiter du monde qui l’entoure, en user et même en abuser, ce qui peut le rendre sujet à un certain embonpoint en vieillissant. Abus de nourriture, mais aussi parfois de sexe, drogue, etc., car il veut vivre intensément !

Il ne fait preuve d’aucune inhibition concernant ses émotions liées à l’agressivité et manifeste une colère parfois explosive. Une volonté de puissance sur les autres. Toutefois, il n’est pas totalement désinhibé, contrairement à une idée reçue, comme nous le verrons plus bas.

La « Sainte Idée » du point 8, nous le verrons, est la « Sainte Vérité ». La Vérité est Une et Absolue. Il déforme cette vérité en étant convaincu qu’il n’existe qu’une vérité, la sienne, et que ceux qui ne partage pas sa vérité ont tort (sont des cons dans son langage). Cette déformation lui donne son caractère plutôt absolu, tranché, non tempéré et entier.

Il ne se remet pas en question. Il ne se remet pas en cause dans ses conflits, déviation de la « Sainte Vérité ». « J’ai raison et vous avez tort ». Non pas qu’il se pense infaillible et qu’il ne puisse pas se tromper, enfin pas seulement, mais c’est surtout parce qu’il aime la confrontation et l’intensité !

Il a besoin de cet affrontement et c’est pour cela qu’il campe sur ses positions : il attendant que l’autre en face se comporte de la même manière pour en arriver au conflit. Car il aime le conflit ouvert et la compétition avec les autres.

Il s’agit en réalité d’une « carapace » qu’il se construit. Il refuse de montrer sa vulnérabilité. Il est en réalité très sensible, très fragile, et sa peur primaire d’être faible et abusé le pousse à construire une armure rigide et dure pour masquer sa vulnérabilité. Il va se refuser à exprimer ses sentiments en publics (comme montrer un signe d’affection à sa femme ou à ses enfants), à exprimer des émotions « douces » qu’il considère comme « faibles » : tristesse, peur, douceur, sensibilité, etc. C’est là que réside son inhibition!

Il va défier la peur, la honte, l’opinion des autres, jusqu’aux conséquences que ses actes pourraient avoir : il n’en tient pas compte.

Sa forte agressivité est en réalité une défense contre ces émotions « douces ». Il crée une armure infranchissable, mais cette armure finit par le couper de lui-même.

Il va avoir besoin de briser cette carapace pour accéder à son Essence. Ce qui pourra éventuellement le conduire à un état de dépression mais cela sera possiblement salutaire ! Nous aborderons ce point dans l’article: “Le type 8 et la spiritualité”

Lire la suite dans “Le type 8: Relations et Activités”

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *